Max Willsdorff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tell me who you are...
Messages : 2
Date d'inscription : 08/01/2011
MessageSujet: Max Willsdorff   Sam 8 Jan - 2:24

Max Willsdorff
Feat._____ Bradley Cooper

  • 31 ans.

  • Capitaine, commandant la 1ère Compagnie du 1er Escadron du 2ème Régiment de Hussards. Chevalier de la Légion d'Honneur.

  • Célibataire. En effet, son temps passé sous les drapeaux à faire la guerre en Italie, en Egypte ou en Europe ne lui ont pas encore permis de trouver une épouse. Dès lors, il vivote à droite et à gauche de quelques petites aventures, en fonction des permissions qui lui sont accordées.

  • L'officier de cavalerie est issu d'une famille de la haute bourgeoise alsacienne, provenant de la banlieue de Strasbourg.


«Souviens-toi des jours passés »
Nous avons tous une histoire derrière nous. Un passé comme on dit. Parlez-nous- n dans l’espace d’une cinquantaine de lignes (évidemment, vous pouvez en faire plus). Si vous avez choisi un prédéfini historique, veuillez respecter un minimum sa vie réelle. Dans n’importe quel cas de prédéfini, veuillez insérer vos liens dans votre histoire pour que nous puissions savoir vos relations exactes avec eux. Le but est d’apprendre à connaître votre personnage, vous raconterez donc quelques événements en forme de rp pour nous aider à la comprendre. Vous devez parler de ses amours, de ses joies, tout comme de ses peines. Comment votre personnage est-il venu à Paris, pourquoi l’a-t-il fait? Y a-t-il toujours habité? Qui sont ses parents? Votre personnage n’est plus un enfant; il en a vécu des choses! Racontez-nous les. Nous voulons tout savoir! Allons, ce n’est pas le temps de faire vos cachottiers!

«T’es beau parce que t’es courageux »
A première vue, rien ne laisserait croire que Max puisse être cavalier. Cuirassier, passe encore, mais Hussard, jamais ! En effet, loin d'être petit et léger, l'Alsacien hérita de la largeur d'épaule et de la taille de son père. Cependant, Max reste un excellent cavalier, et se révèle être extrêmement agile, malgré sa robustesse. De par sa taille donc, il impose le respect. Des cheveux châtains coupés courts, ses yeux bleus respirent la joie de vivre, et semblent pétiller de malice en permanence. Ses traits sont fins, élégants et séduisants, ayant auparavant déjà fait preuve de leur efficacité au sein de la gente féminine. Sa peau légèrement halée est un des restes de sa Campagne d'Egypte, et il semblerait que sa peau soit aussi tannée que le cuir de sa selle.

Chose indispensable à cet officier est son uniforme, qui semble être taillé sur mesure. En effet, Max le porte à merveille, et il le sait. Il faut avouer que l'uniforme des hussards offre de loin à l'oeil le plus brillant spectacle. Bravache, provocant ... l'éclat de son uniforme obligeait l'Alsacien à se surpasser et lui interdisait d'être quelconque. Aussi portait-il sa pelisse et son dolman bruns, ainsi que sa sabretache avec élégance, provocation et un zeste de théâtralité.

Autre détail plus intime, Max fut blessé trois fois au cours de ses nombreuses campagnes. Il acquiert sa première blessure à la suite de la bataille du Pont d'Arcole, lors d'une escarmouche avec des lanciers autrichiens. Une légère entaille lui barre désormais le torse, le coup ayant été évité par l'épaisseur de sa pelisse et de son dolman. Sa deuxième blessure, et de loin, la plus dangereuse pour lui, survint en Egypte. Chargeant les troupes de Mourad Bey, il fut blessé au pied par une balle mamelouk. La blessure menaça de s'infecter en raison des conditions climatiques désastreuses, si bien qu'il fut question pendant un temps de lui couper le pied. Heureusement pour le cavalier, sa bonne étoile veillant sur lui, il parvint à s'en sortir. Il dut toutefois poursuivre une période de convalescence pour retrouver l'usage de son pied et de sa jambe. Enfin, sa dernière blessure, sans importance, lui fut infligée durant la récente bataille d'Austerlitz, ou un éclat de mitraille vint se planter dans son bras gauche.

« Et là, c’était la frime »
Toutes ces années passées sous les drapeaux forgèrent la mentalité et la personnalité de cet officier atypique, qui grimpa par son courage et ses faits d'armes la hiérarchie, jusqu'à se retrouver propulsé à la tête de la 1ère Compagnie du 1er Escadron du 2ème Régiment de Hussards, Compagnie d'Elite des Chamborant. Très respectueux de sa hiérarchie, il est en revanche très proche de ses hommes et leur permet même quelques affinités avec lui, choses que nombre d'officiers n'autorisent. Ces familiarités qu'il autorise lui proviennent de son passé au sein des troupes révolutionnaires, ou tous les combattants n'étaient que des citoyens. Les gradés l'étaient par le mérite, chose à laquelle il accorde une grande importance. Il est qualifié de bon camarade par ses pairs, toujours prompt à la rigolade ou à venir en aide à ses amis ou cavaliers. Nombre d'entre eux ont évité des peines de prison militaire pour leurs exactions dans des tavernes, lors de permission, par l'action de leur Commandant de Compagnie.

Excellent cavalier, l'Alsacien est également un Hussard d'un grand courage, qui maîtrise l'art du combat à cheval presqu'à la perfection. Il a en effet remporté un Mousquet d'honneur lors de la bataille des Pyramides, et s'est distingué tout particulièrement lors d'une charge sur le plateau du Pratzen, à Austerlitz, lorsqu'il continua le combat alors qu'il était blessé et qu'il captura l'étendard de la Garde Impériale Russe, et qu'il le ramena à son Empereur. Il est également extrêmement loyal envers la figure de l'Empereur, pour lequel il irait presque jusqu'à se sacrifier.

En contrepartie, son tempérament agressif au front le font prendre souvent des décisions irréfléchies face au danger. Comme il l'aime à le dire, lorsqu'un de ses officiers lui fait part du danger de ses actions, il répond bien souvent : "Du talent, Messieurs, ainsi qu'une pointe d'audace, et le tour est joué !" Ce côté nonchalant, sans peur est respecté par ses hommes, mais il cause également des pertes parmi eux. L'Alsacien est également un grand joueur, et il ne compte plus les soldes qu'il a perdu au jeu que ce soit en permission en France, ou bien au campement, avec d'autres officiers ou avec ses hommes.


« Affalé, j’oublie »
Depuis sa plus tendre enfance, bercé par les souvenirs de son oncle, lui-même fier Commandant d'une navire de commerce de la flotte marchande française, Max rêve de vivre une vie de marin, et de partir loin vers l'ouest, vers les Amériques. Il a toujours rêvé de découvrir la beauté des paysages américains, des forêts sauvages de Québec à la belle Louisiane, en passant par les splendeurs des Mers des Caraïbes. Sans se l'expliquer, il a toujours eu un certain attrait pour la mer et pour ses dangers. Peut-être qu'une fois l'Empire débarrassé de tous ses ennemis, peut-être que ce jour seulement pourra-t-il s'adonner à ses rêves, et armer un navire pour découvrir les antipodes du monde connu. En attendant, Max se plaît dans sa carrière de Hussards ... rien ni personne ne pourrait lui enlever l'excitation d'une charge de cavalerie menée au son du clairon et du canon.

Des regrets, il y en eut bien d'autres. Nombre de bons camarades sont tombés au combat, et nombre tomberont encore. C'est ainsi. Mais l'un de ses plus grand regrets le touche personnellement, et sentimentalement. C'est un épisode de sa vie dont il parle peu, tant il l'affecte. En quête d'action, et d'aventure, il délaissa l'une des seules personnes auxquelles il tenait énormément. A vrai dire, c'était la femme avec qui il s'imaginait terminer sa vie, son amour d'enfance. Le destin en décida autrement. Alors qu'il combattait pour le Général Bonaparte en Egypte, cette dernière fut fiancée par son père à un industriel puissant de Westphalie. Dépité de cet échec sentimental, Max se concentra donc sur sa carrière, essayant d'oublier cette défaite.

Les tuileries vous attendent, aurez-vous le courage de vous y rendre?

« Gentil garçon ou coureur de jupons?»
D'un naturel plutôt volage et désireux de profiter de la vie avant de reprendre les combats, Max a connu de nombreuses conquêtes féminines. Invité à la cour de l'Empereur des suites de son courage à Austerlitz, et de la capture d'un drapeau ennemi qu'il remit personnellement à Napoléon Ier, nul doute que le Capitaine risque de succomber aux tentations auxquelles il devra faire face.

Il reste tout de même un officier bien éduqué, sachant se tenir en toutes circonstances. Il n'a rien d'un soudard, ni d'un soldat de passage dans une taverne. Distingué, il ne fera rien contre son honneur, et ne se déshonorera certainement pas en public. Enfin, ayant désormais la trentaine d'années passées, et au vu des combats qui approche, Max aspire à des rêves de famille. Il entend bien s'installer une fois pour toutes et avoir quelques héritiers : il sera donc très certainement volage, s'adonnant très certainement aux plaisirs de la séduction, mais sera tout de même à la recherche d'une possible épouse.

« Royaume ou Empire? »
Militaire de carrière, officier de surcroît, Max est, tout comme l'Empereur, quelqu'un qui s'est fait de lui-même au sein de son régiment, grimpant petit à petit les échelons, méritant ses promotions par son courage et son audace. Napoléon Ier, est, à juste titre, l'Empereur de France et des Français et Max le conçoit en tant que tel. Il voue une adulation sans limites à son Empereur, et possède une entière confiance envers lui.

La Royauté et son régime laxiste, peu soucieux des considérations du bas peuple et de la bourgeoisie, a provoqué la chute du Royaume de France, et de son régime. Ils sont les seuls responsables de leur échec, et bien que le jeune officier respecte ses supérieurs aristocratiques, il considère ceux qui s'estiment nobles juste par leur sang comme des incapables. Pour l'Alsacien, la noblesse s'acquiert sur le champ de bataille, à la pointe du sabre et à la sueur de son front. Malgré ses différentes campagnes, Max sait que l'Empereur n'est pas en sécurité d'un complot royaliste. Et si, par un malheureux coup du hasard, le hussard se retrouverait en face de l'un d'entre eux, nul doute qu'il gouterait à la pointe de son sabre.

« Ordre de Saint-Louis ou Légion d’Honneur? »
Max a rencontré pour la première fois l'Empereur alors qu'il n'était encore que le Général en Chef de l'Armée d'Italie, à la bataille de Lodi, le 21 Floréal de l'an IV. Le jeune alsacien n'était encore qu'un Cavalier parmi tant d'autres, même pas encore gradé, mais le charisme et le génie militaire qui illuminait cet homme impressionna grandement Willsdorff. Dès lors, il l'a suivi lors de nombreuses batailles, que ce soit quelques mois après, lors de la bataille des ponts de l'Arcole, ou encore lors de la Campagne d'Egypte, ou très récemment, en Autriche, sur le plateau du Pratzen. Max voue à l'Empereur une loyauté indéfectible, et il serait prêt à le suivre pour n'importe quelle campagne, ou n'importe quelle bataille, confiant dans la victoire et dans la maitrise de l'art de la guerre par ce "petit caporal". L'officier subalterne des Hussards est reconnaissant envers cet homme d'avoir sur redonner à la France sa gloire et sa splendeur.

A contrario, il voue une haine profonde pour la Monarchie et pour les Royalistes. Ces derniers, avides de pouvoir, cherchent encore à reprendre le trône des mains de celui qui le mérite vraiment. Jamais aucun Roy de France n'a encore accompli l'oeuvre de l'Empereur des Français, et l'Alsacien trouve légitime la place de Bonaparte au pouvoir. Ayant combattu les troupes royalistes, qu'elles soient françaises ou coalisées depuis qu'il s'engagea au sein du 2ème Régiment de Hussards en 1793, peu après les victoires de Valmy et de Jemmapes, il préfère avoir l'un d'entre eux au bout de son sabre, plutôt que de les savoir à comploter à Paris.


Pardonnez-moi, je n’ai pas bien saisi.

Nom/pseudo : Willsdorff
Age : 21
Présence sur le forum: 5j/7
Code du forum : Code bon par Napoléon.
Comment avez-vous connu le forum?: Via forumactif !
Quelque chose à rajouter : C'est Noël ! Depuis le temps que je recherche un forum basé sur le 1er Empire !!!! Merciii !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tell me who you are...
Messages : 2
Date d'inscription : 08/01/2011
MessageSujet: Re: Max Willsdorff   Dim 16 Jan - 11:51

Je me permets juste ce petit message pour vous dire que je suis encore des vôtres. Je sors de mes examens de fin de semestre, donc je n'ai pu terminer ma fiche, chose qui devrait s'arranger dans le courant de cette semaine !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tell me who you are...
Messages : 244
Date d'inscription : 27/04/2010

Feuille de personnage
Désirs: Ma jeune maîtresse sous moi....
Secrets: Je pense malheureusement à répudier de ma femme...
MessageSujet: Re: Max Willsdorff   Mar 18 Jan - 4:11

Bonjour cher Max,

nous comprenons absolument et nous ne toucherons aucunement à votre compte.
Nous sommes très impatients de lire votre histoire et d'enfin valider notre premier militaire. Jusqu'à maintenant, tout est parfait, ce qui nous rend encore davantage confiants quant à votre validation très prochaine.

À très bientôt,
Napoléon.

_________________


    Comment puis-je comprendre ce que je suis, alors que je suis la France?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Max Willsdorff   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Le Bal de l'Empire :: Aux Portes de Paris :: Présentez-vous à l'Empereur -