Un bal aux Tuileries

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tell me who you are...
Messages : 244
Date d'inscription : 27/04/2010

Feuille de personnage
Désirs: Ma jeune maîtresse sous moi....
Secrets: Je pense malheureusement à répudier de ma femme...
MessageSujet: Un bal aux Tuileries   Lun 10 Mai - 6:55

Un bal aux Tuileries

« La salle est préparée de manière à former un vaste plain-pied de niveau avec les premières loges; elle est décorée avec un goût parfait. Dès l’entrée de l’escalier, les couloirs et les corridors sont couverts de tapis : des deux côtés, des arbustes et des fleurs naturelles, apportées le matin même de Malmaison, se reflètent dans les glaces entourées de verdure et de mousse fraîches; partout, enfin, un air de fête et d’élégance exquise… Un nombre infini de lustres, chargés de trois rangs de bougies chacun, pendent de toutes parts et répandent une lumière éblouissante sur toutes les parties de la salle. Les loges sont garnies d’un double et triple rang de femmes parées avec éclat. Dans le parterre, agrandi de toute l’étendue de la scène, des banquettes de velours vert, bordées de galons d’or, sont disposées et fixées, de distance en distance, avec de larges intervalles pour les contredanses, et, tout au pourtour de la salle, un vaste espace libre laisse flotter une foule immense qui a un air de joie et de plaisir indéfinissable. L’orchestre, placé au fond du théâtre, est dirigé par Julien, le fameux mulâtre. Il se compose de quatorze musiciens, y compris deux nègres, dont l’un tient le triangle, et l’autre, la caisse roulante…

Les loges et les parterres sont mutuellement un spectacle les uns pour les autres. Du parterre, l’aspect de la salle, avec tous ses étages de loges, pleines de femmes en grande toilette de cour est merveilleux. J’ai vu à Naples, la vaste salle du théâtre Saint-Charles, avec des girandoles de bougies à toutes les loges… C’était un beau coup d’œil… Cela ne vaut pas la vue qu’offre la salle des Tuileries… Des loges, l’aspect du parterre n’est pas moins curieux. C’est un mouvement, une diversité inexprimables…

L’Impératrice, avec toutes ses dames, arrivant à 10 heures, commence par faire le tour de la salle. Il n’y a encore que peu de monde. Un moment après qu’Elle soit assise, le bal est ouvert… Dans le courant de la soirée, Sa Majesté descend deux fois; la seconde, principalement, Elle parle à une infinité de personnes. Après avoir pris un peu de punch, Elle remonte dans ses appartements à minuit et demi, en laissant sa fille, la Reine de Hollande, faire les honneurs du reste de la soirée… La fête se prolonge jusqu’à deux heures du matin. »

Source: ANF, Les Petits Appartements, p. 234-242 (12-3-1808)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

Le Bal de l'Empire :: Aux Portes de Paris :: À lire avant d'entrer  :: Leçons d'histoire :: Au temps du Premier Empire-