Contexte du Forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tell me who you are...
Messages : 154
Date d'inscription : 19/04/2010

Feuille de personnage
Désirs: Avouer mon terrible secret à Mademoiselle de Manseau...
Secrets: J'aime comme un fou la femme que j'ai poussée dans les bras de mon pire ennemi.
MessageSujet: Contexte du Forum   Lun 31 Mai - 13:00

Le 20 Décembre 1805
Cher Bonaparte,

Je n’ai pu m’empêcher de sourire alors que j’écrivais la date du jour. Voilà si longtemps que nous n’avons utilisé ces appellations que j’essaie dès maintenant de reprendre l’habitude du calendrier grégorien avec, j’avoue, un soupçon de nostalgie. La révolution est donc bel et bien derrière nous!

Je t’avoue, Bonaparte, que ta victoire à Austerlitz a plongé Paris en liesse et les dames attendent maintenant le retour des militaires avec impatience. Grâce à ton triomphe, l’arrivée de Noël est douce au cœur du peuple et on en oublie même le froid glacial. En ce qui me concerne, les préparatifs du mariage de mon Eugène avec Augusta-Amélie de Bavière m’occupent et me distraient beaucoup. Je crois qu’Eugène est plutôt angoissé mais j’ai l’intuition que ce mariage sera réussi. Hortense, elle, se porte très bien et elle m’accompagne toujours aux concerts, ce qui, je crois, la distrait des malheurs de son mariage. Tu seras content de savoir que Napoléon Charles va bien et qu’il sait maintenant écrire son nom.

Pour ma part, hier, j’ai eu le plaisir d’être invitée à la Comédie-Française afin d’assister à la tragédie « Les Templiers ». J’ai été étonnée par le talent de Mademoiselle George, mais il faut dire qu’elle semble très immature et que je lui préfère de beaucoup Mademoiselle Duchesnois…

La semaine dernière, la Malmaison me manquait tant que j’ai donné un bal aux Tuileries. Que serait la vie mondaine sans les bals de l’Empire, dites-moi! On m’a baisé la main si souvent que j’ai fini par en perdre le compte! Comme à l’habitude, je suis montée à mes appartements vers les minuits et demi, en laissant à Hortense les honneurs du reste de la soirée. Tout ce faste me permet d’attendre ton retour sans trop m’ennuyer, mais, comme tout Paris, je ne peux m’empêcher d’avoir hâte.

Que ton retour se déroule au mieux, cher Bonaparte.
Joséphine


Paris, le 2 Janvier 1806
Sire,

Les nouvelles de la Paix de Presbourg me réjouissent comme elles réjouissent votre Empire tout entier, et les mères de la France vous seront reconnaissantes de cesser de verser le sang de leurs fils. Les clochers résonnent encore de la victoire d’Austerlitz, qui apportera à l’Empire et à son Empereur une gloire souhaitée éternelle. Il faut dire que la France n’a jamais eu autant d’influence sur le monde, car à l’heure actuelle, elle redéfinit les frontières de l’Allemagne et de l’Autriche et elle ne peut qu’en être reconnaissante à Votre Majesté.

Pourtant, malgré votre triomphe, je ne peux cacher à Votre Majesté les événements qui viennent l’assombrir. En votre absence, les manigances des ultra-royalistes se font de plus en plus vindicatives et j’ai bien peur que la famille impériale soit directement visée. J’ai su de mes meilleurs agents que les proches de Louis XVIII sont en ville. Je crains pour la sécurité de l’Impératrice et de ses dames, que nous ne nous sommes pas permis d’informer des risques d’attentats, souhaitant ne pas les effrayer. Je demande donc à votre majesté de ne point tarder à rentrer à Paris. Le peuple vous attend avec hâte et j’ose le dire, moi aussi.
Comte Fouché, Ministre de la police
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baldelempire.forumactif.com
Page 1 sur 1

Le Bal de l'Empire :: Aux Portes de Paris :: À lire avant d'entrer -