Marie-Thérèse de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Tell me who you are...
Messages : 4
Date d'inscription : 22/06/2010
MessageSujet: Marie-Thérèse de France   Ven 2 Juil - 11:38

Marie-Thérèse Charlotte de France

Feat: Kirsten Dunst


  • Age
28 ans

  • Titre ou métier
duchesse d’angoulême

  • État social
Dauphine de France

  • Origines
Française

« Qu’une danse emporte ma vie »

Il faisait noir et Marie-thérèse venait à peine de se réveiller, sa chemise de nuit humide et froide… elle avait encore fait un cauchemar… Depuis un moment, elle avait entreprit d’écrire le fils de ses pensées lorsqu’elle se réveillait en pleine nuit et elle avait commencé par écrire sa propre histoire. Marie-Thérèse relu les premières lignes qu’elle avait déjà écrites la semaine dernière.

Lorsqu’on était seule dans notre prison mère me racontait souvent le jour de ma naissance. C’était un jour d’hiver ou le neige tombait délicatement sur le sol, c’était le 19 décembre de l’an 1778. À cette date, nous étions toujours à Versailles. Le nom du Docteur venu assister ma mère était Vermond. Ma mère m’a toujours dit qu’elle était contente d’avoir eu une fille comme ainée mais, maintenant, avec les années je sais très bien qu’un garçon aurait été préféré et que le médecin aurait surement touché un salaire quatre fois plus élevé si le bébé royal avait été de sexe masculin. J’ai aussi apprit que ma naissance fut un brin difficile… je n’ai pas pleuré immédiatement après l’accouchement et la reine perdit connaissance suite aux douleurs de l’enfantement. Comme la coutume le veut, on me baptisa le jour même sous le nom de Marie-Thérèse Charlotte, fille du Roi Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette.

Je ne me rappelle pas trop de toute mon enfance mais je sais que nous sommes restés à Versailles jusqu’à mes dix ans. J’aimais beaucoup Versailles, c’est là-bas que j’ai passé les meilleurs moments de mon enfance, en compagnie de mon frère et d’Ernestine, la fille adoptive de ma mère, qui est devenue ma meilleure amie. C’est aussi dans les dix premières années de ma vie que j’appris à jouer du Clavecin et l’art du dessin. Je commençais peu à peu à découvrir la Littérature mais ce n’est que plus tard que je m’intéressai vraiment à cet art. Maman me disait souvent que j’étais orgueilleuse et ne se gênait pas pour me remettre a ma place lorsque cela s’imposait.


L’histoire de Marie-Thérèse s’arrêtait là… Elle ne savait pas trop si elle avait envi de la continuer maintenant. En y réfléchissant peut-être bien que d’écrire la suite lui permettrait d’éloigner ses cauchemars. Elle se redressa dans son lit et alluma la chandelle et prit la plume et l’encre qui se trouvaient tout près.

Les années suivantes furent difficiles… bien que j’étais encore qu’une enfant et que je ne comprenais pas tout ce qui se passait, j’arrivais à saisir certaines choses et je devais subir la violence avec laquelle le peuple nous traitait. C’est le soir du cinq octobre 1879 que ma famille du quitter Versailles… on se retrouva à Paris au palais des tuileries. C’est tout de même étrange… je me rappelle très peu du contexte de notre départ mais je me suis toujours souvenu de la date de notre départ puisqu’elle marquait la fin d’une partie de ma vie. Durant le peu d’années que nous avons passées à Paris, Ernestine et moi étions éduquées avec vigueur. C’est aussi là-bas que j’ai commençais à m’occuper des plus démunis. Je donnais beaucoup et surtout aux jeunes enfants. La foi prit aussi une place importante dans ma vie.

Quelques années plus tard, Père nous décida que nous devions quitter Paris… notre voiture fut arrêter et on nous força à retourner a Versailles. Je ne peux cacher que j’étais heureuse d’y retourner mais j’étais naïve et je ne savais pas ce qui nous y attendait. À Versailles, la vie n’avait rien de bien attrayant, des gardes nous surveillaient sans cesse. Nos activités étaient plutôt restreintes.


Marie-Thérèse s’arrêta là, elle avait retrouvé le sommeil. Ce n’est que quelques jours plus tard qu’elle reprit son écriture, au milieu d’une nuit pluvieuse.

Les années suivantes furent les pires de ma vie… En 1792 ma famille et moi furent emprisonnés au Temple. Les premiers temps furent relativement faciles à vivre puisque toute la famille était réunie. Bien que nos appartements étaient modestes nous savions que nous n’étions pas à plaindre. C’est un an plus tard que la mon père fut condamné… il a été guillotiné. Ma mère était inconsolable, et mon frère ne semblait pas vraiment réaliser la situation… de mon côté, j’essayais d’être forte, de m’occuper de ma mère et de mon frère mais c’est à ce moment que mes cauchemars commencèrent… Malheureusement, le pire devait survenir. Je fus séparée du reste de ma famille. Bien que j’avais avec moi des dames de compagnies, je ne pouvais que m’inquiétée pour ma mère et mon frère… J’appris leur mort en 1795. Il va s’en dire que j’étais inconsolable et que même aujourd’hui parler de la mort provoque chez moi un malaise. J’ai pleuré leur mort pendant des jours entier et je finis par retrouver un peu de réconfort dans la foi.
Marie-thérèse s’arrêta… elle avait sommeil mais avait envi de terminer… elle se remit donc à l’écriture.

On me libéra alors que j’avais 17 ans. J’appris qu’on m’avait échangée contre des Français et on m’amena a Vienne. Malgré toutes les épreuves que j’avais vécu, je ne pu m’empêcher de verser des larmes en quittant Paris… ville ou j’avais vécu tellement de choses et qui me rappelait ma famille. Je n’ai gardé aucune rancune envers le peuple. Malgré les bon soins de Francois, qui était membre de ma famille éloignée, je ne pu m’empêcher de voir Vienne comme une prison dorée ou je vivais le deuil de ma famille. Je rêvais toujours aux événements qui avaient marqués mon enfance et mon adolescente… je ne pouvais pas dormir dans le noir et je préférais laisser une chandelle allumée tout au long de la nuit. Aujourd’hui il m’arrive encore de laisser ma bougie allumer durant la nuit.
En 1799, j’unissais ma vie au Duc Louis Antoine D’Artois, duc d’Angoulême. Malheureusement, je ne suis pas très proche de mon époux. Je garde pour lui un grand respect et une amitié, mais nous ne faisons pas chambre commune et pour l’instant, aucun héritier n’est encore né de notre union. Aujourd’hui je peux compter sur ses oncles qui me chérissent et me permettent de me sentir un peu comme la Dauphine du groupe en Exil. Depuis que nous sommes en exil j’entretiens de bonnes relations avec Blanche qui est devenue comme une sœur pour moi.


Marie-Thérèse Rangea sa plume, la prochaine fois qu’elle écrierait ce serait pour écrire ses véritables pensées. Elle enfouie sa tête de son oreiller et s’endormit.

« Qu’elle est belle quand coule son rimmel »

Marie-Thérèse de France est une femme de 28 ans qui ne fait pas son âge. Elle parait en effet quelques années plus jeune avec sa peau pâle et son visage magnifique. Elle a les cheveux dorés et long jusqu’au milieu du dos. Elle aime les coiffer de façon simple mais n’hésite pas à créer des coiffures extravagantes lors des bals et soirées, elle n’est toutefois pas aussi explosive que sa mère côté coiffures et habillement. Elle aime les robes aux couleurs pâles sans trop d’ornements, elle préfère de loin agencer ses tenues avec des bijoux dorés et serties de pierres, souvent des héritages de sa famille qu’elle a réussit à conserver malgré son exil et ses emprisonnements. Elle est de taille moyen et de poids plutôt faible, elle a perdu beaucoup de poids lorsqu’elle a appris la mort de sa famille et depuis elle ne l’a jamais reprit. Elle n’aime pas vraiment sa maigreur faisant en sorte qu’elle a une poitrine très peu volumineuse et qu’elle doit ajuster ses corsets très serrés afin d’arriver à la mettre un peu en valeur. Heureusement, cela lui permet d’avoir une taille de guêpe ce que les hommes apprécient à cette époque. Ses yeux sont d’un bleu magnifique, très pâles. Côté maquillage elle aime les poudres et les couleurs rosées, elle ajoute souvent un peu de couleur sur ses lèvres minces.

« Que vois-je, Madame, vous rendrais-je écarlate?»

Un peu orgueilleuse, pieuse et fidèle, Marie-Thérèse est une femme qui a une personnalité bien à elle. Elle a une sensibilité à fleur de peau et bien que fidèle il est très difficile d’obtenir sa confiance. Elle semble déterminée à ce que la France redevienne un jour aux mains de ses véritables dirigeants et à ce que la monarchie reprenne sa place dans le pays. Elle est très fidèle envers les gens qu’elle aime ainsi qu’envers le peuple de Paris. L’église est un endroit ou elle aime se recueillir et ou elle arrive à trouver certaines forces. C’est aussi dans cet endroit qu’elle se sent le plus près de sa famille disparue. Elle aime les grandes discussions autour d’un thé avec son oncle et les autres royalistes. Malgré l’ambiance qui règne parfois autour d’elle, elle adore les fêtes et les bals ou elle peut se retrouver avec son amie Blanche, elle danse merveilleusement bien même si cette activité ne la rende pas aussi joyeuse qu’au temps de son enfance. Parmi ses passe-temps on retrouve aussi le clavecin, qu’elle maitrise parfaitement bien, le dessin et la littérature. Son séjour à Vienne l’a rendu un peu plus maussade et froide bien qu’elle retrouve de plus en plus le moral. Marie-Thérèse déteste se retrouver dans le noir qui lui rappelle de mauvais souvenir. Souvent, la nuit, elle fait des cauchemars et se réveille en sueur. Elle garde pourtant ça pour elle et puisqu’elle dort seule, ne partageant pas la couche de son mari, personne ne se doute de ses terreurs nocturnes. Malgré le passé qui la hante, Marie-Thérèse s’efforce de se cacher derrière un masque d’une personne heureuse et souriante… C’est lorsqu’elle est seule que la nostalgie prend toute la place.

« J’avais rêvé d’une autre vie… »
Une autre vie! Marie-Thérèse n’aurait pu rêver mieux. Il va s’en dire qu’elle regrette sa vie d’antan, celle ou elle était une vrai princesse et qu’elle savait que son jeune frère serait le Dauphin de France et qu’elle pourrait le conseiller dans sa futur vie. Enfant, elle rêvait à l’amour, à tous ceux qu’elle pourrait aider et aux grands projets de sa vie futur. Aujourd’hui, elle se bat pour le royaume de la France mais préfèrerait parfois être ailleurs. Puisqu’elle est la seule survivante de la famille royale suite à la révolution elle se sent dans l’obligation de se battre à fin que la famille retourne sur le trône mais Madame est fatiguée et les évènements passés font en sorte qu’elle préfèrerait maintenant vivre dans l’inconnu et ne plus être reconnu.

Les tuileries vous attendent, aurez-vous le courage de vous y rendre?

« Ange ou libertine? »
Marie-Thérèse et Louis-Antoine font chambre à part. Madame étant déçue de son mariage a refuser de partager sa couche avec lui après seulement quelques mois d’union. On ne s’étonne donc pas que son ventre soit resté plat et que personne n’a jamais vu chez elle les rondeurs de la maternité. Malgré tout elle garde pour son mari une certaine amitié et elle sait qu’il lui restera fidèle et elle le respecte. Mais Madame a malgré tout des envies et des désirs, elle s’est alors laissé tenter par le mystérieux Thomas Perrin. Jamais elle n’a connu meilleur amant (c’est l’un des seuls qu’elle a connu d’ailleurs). Son air Mystérieux l’ayant attiré, elle n’a pas hésité à faire usage de ses charmes envers lui afin de l’attiré. Une fois suffit pour que Marie-Thérèse apprécie ses caresses et ses belles paroles. Depuis, personne d’autre que lui n’a touché sa peau et effleuré ses lèvres… mais qui sait, peut-être que Madame se laissera un jour tenté par un autre. Pour l’instant elle ignore la relation secrete qui existe entre son bel amant et sa bonne amie… qu’adviendra-t-il de sa relation avec chacun d’eux si elle venait à savoir…
.
« Royaume ou Empire? »
Il va s’en dire que Marie-Thérèse est contre l’empire, pour elle le seul roi légitime est son oncle Louis. Elle n’a pas besoins de cacher ses convictions puisque tout le monde sait qu’elle est de la famille royale. Bien sûr, elle aurait aimé aussi se retrouver sur le trône mais pour une femme c’est impossible, heureusement son oncle la fait sentir comme une reine. Elle doit cependant évité la cours française ou elle serait surement chassée si on la retrouvait à cet endroit… mais elle n’hésiterait pas à retourner dans son ancien château si l’occasion se présentait.

«Fidèle ou comploteuse?»
Marie-Thérèse fait partie du groupe qui complote contre Napoléon. Elle veut le voir loin de la France et elle veut voir sa famille reprendre ses droits. Elle est fidèle à son oncle et envers son mari et les suit dans leur ambitions et leur projet. Elle participe aux décisions et aux discussions portant sur le renversement de Napoléon.

Pardonnez-moi, je n’ai pas bien saisi.

Nom/pseudo : Mi!
Age : 20ans
Présence sur le forum: je viens faire un tour plusieurs fois par semaine mais je n’écris pas chaque jour
Code du forum : Validé par le Duc de Berry
Quelque chose à rajouter : Super Forum les copines!


Dernière édition par Marie-Thérèse de France le Jeu 30 Sep - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tell me who you are...
Messages : 4
Date d'inscription : 22/06/2010
MessageSujet: Re: Marie-Thérèse de France   Jeu 30 Sep - 14:41

Voilà! C'Est fait... désoler, j'ai mis du temps avant de terminer!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Tell me who you are...
Messages : 154
Date d'inscription : 19/04/2010

Feuille de personnage
Désirs: Avouer mon terrible secret à Mademoiselle de Manseau...
Secrets: J'aime comme un fou la femme que j'ai poussée dans les bras de mon pire ennemi.
MessageSujet: Re: Marie-Thérèse de France   Sam 2 Oct - 13:18

C'est avec une grande joie que je vous valide, Madame Royale.

Votre présentation, bien faite et enrobée de nostalgie, d'histoire et d'une miette de sensibilité rend votre personnage très attachant, surtout à mes yeux, car il est certain que Marie-Thérèse est très chère à mon coeur.

Malgré quelques petites fautes de français (que je met sur le dos de votre dyslexie et de vos fautes de frappes Razz) votre présentation est parfaite et c'est avec plaisir que je vous souhaites la bienvenue et espère un sujet avec vous très bientôt!

Bien à vous, chère cousine,

Charles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://baldelempire.forumactif.com
Contenu sponsorisé
Tell me who you are...
MessageSujet: Re: Marie-Thérèse de France   

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Le Bal de l'Empire :: Aux Portes de Paris :: Présentez-vous à l'Empereur  :: Présentations validées-